Podcast L’Œil écoute #11 : André Carrara

« La femme est un moment furtif qu’il faut savoir saisir. » Ne pas faire de photographies qui soient cataloguées comme des photographies de mode, c’était certes la demande des magazines pour lesquels il travaillait, mais c’était surtout la volonté d’André Carrara : dans le Marie Claire des années 1980 et 1990, à Elle, chez Vogue ou Cosmopolitan, dans le Marie Claire bis, considéré comme la référence par les historiens de la mode, le photographe a ainsi pu exprimer toute sa palette créative. En conciliant mode et reportage, photographie et art, il a fait entrer la rue et la beauté naturelle des femmes au cœur de sa quête esthétique faite d’élégance, de style et de glamour. Sa carrière fut entièrement dédiée à célébrer la féminité ; il créait des images «sans artifices», pleinement conscient de vivre une époque bénie, entouré des plus grands talents de son temps, photographes, couturiers, stylistes, directeurs artistiques, rédactrices. Témoin, après 1968, de la libération du carcan emprisonnant les femmes, il a mis en images l’affirmation de leur personnalité.

La femme André Carrara est une héroïne de cinéma qu’il met en scène pour mieux la sublimer. Il la voit déterminée, en mouvement, libre, le regard franc et volontaire, affirmée dans sa séduction, actrice de son destin. Une femme en laquelle chaque lectrice pouvait se reconnaître, s’identifier ou s’inventer. Paloma Picasso a souligné que «Marie Claire avait su montrer l’image d’une femme moderne, bien ancrée dans la vie, qui prend sa place et façonne le monde à son image.» André Carrara n’a pas eu son pareil pour véhiculer et transmettre cette modernité. Ses photographies sont intemporelles. Chacune d’elles est une histoire singulière qu’il nous raconte. En 2020, après le porno chic ou la débauche des moyens mis au service de la haute couture, la simplicité sophistiquée des images d’André Carrara célèbre le retour de l’élégance et de la beauté brute. Un mélange de rêve, de réalisme et de fiction, où les références de l’art contemporain sont là pour mettre en valeur le vêtement grâce à un langage photographique puissant. Certaines de ses images sont devenues iconiques, restait à mettre un nom sur ces clichés de légende. Interrogé par Yannick Le Guillanton, André Carrara évoque ses débuts à la SNIP, ses rencontres, son amour du cinéma et sa conception du métier.

Avec lui, nous entrons à la fois dans la petite et dans la grande histoire de la photographie de mode, aux côtés de Saint-Laurent, Courrèges ou Lagerfeld…

Portrait d’André Carrara : © Frédérique Toulet pour Hemeria

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux :

Partager sur facebook
partager
Partager sur twitter
Tweeter
Partager sur linkedin
informer
Partager sur email
Envoyer

Découvrez nos autres articles

Couverture_livre_Her_Dior

8 mars 2021 : Soyons tous féministes !

Un ouvrage paru fin 2020 a certainement retenu l’attention de bon nombre d’entre vous. Dans leur ouvrage manifeste Une histoire mondiale des

RECHERCHE