Infinis d’Asie – Jean-Baptiste Huynh

49.00

Le musée Guimet consacre du 20 février au 20 mai 2019 une grande exposition rétrospective à l’œuvre du  photographe franco-vietnamien, lauréat de la Villa Médicis. Le livre Infinis d’Asie accompagne cette exposition et présente les sujets les plus marquants de ses créations, le portrait, le nu, le minéral et le végétal. Est également montré le travail qu’il a réalisé en s’appropriant les grandes œuvres d’art des collections du musée, toujours en lien avec son thème privilégié, la femme ou tout du moins l’image de la femme, son visage, sa beauté plurielle, son regard, dont il nous convainc qu’ils relèvent d’une recherche esthétique de l’infini.

Jean-Baptiste Huynh maîtrise son art de bout en bout et a conçu ce livre comme une partie intégrante de son œuvre, au même titre que la scénographie qu’il a mise en place en partenariat avec le musée Guimet. De cette exigence artistique naît la beauté d’un objet, le livre, et ce dernier sublime la beauté des éléments naturels disponibles à notre regard. On ne se lasse pas de voir l’infini de cette beauté formelle, qui se déploie bien au-delà de la page.

Langues des textes : français et anglais.

Expédié sous 48h – Paiement sécurisé – Réponse à vos questions sous 24h.


En stock

Né en France en 1966 d’une mère française et d’un père vietnamien, Jean-Baptiste Huynh a appris seul à jouer de la lumière pour photographier, éclairer et imprimer son travail. Le livre tient une place majeure dans la connaissance de son travail, aujourd’hui exposé en une grande rétrospective au musée Guimet (Musée national des arts asiatiques-Guimet). Infinis d’Asie, le nom choisi pour l’exposition, est aussi le titre du livre qu’il a conçu. Bien plus qu’un catalogue, il perpétue cette tradition du livre comme une autre mise en scène de son travail.

Si la présence de l’Asie est au cœur de son œuvre, c’est au travers de thèmes récurrents qu’il l’étudie, tels que le nu, le portrait, le végétal et le minéral, la matière. Avec une recherche permanente de l’épure, de la ligne parfaite des formes ou de leurs associations, il nous entraîne dans sa quête de ce qui semble être de l’ordre de l’intemporel : le beau.

Inspiré par les visages ou les corps féminins, Infinis d’Asie revisite les pièces du musée Guimet issues des collections pour continuer à montrer la fascination qu’ils exercent sur lui et sur nous. C’est un voyage poétique et formel, qui transcende les cultures et nous conduit aux infinis.


Ils en parlent…

Connaissance des Arts, janvier 2019. « Notre image ne nous appartient pas, elle existe dans le regard de l’autre », dit Jean-Baptiste Huynh. Le musée Guimet accueille la première rétrospective du travail du photographe franco-vietnamien, portraits et natures mortes réalisés en Asie (Vietnam, Inde, Japon, Chine, Cambodge…) depuis plus de vingt ans. L’auteur de la série Miroirs (2006) a également photographié une sélection d’œuvres issues des collections du musée (bols à thé, divinités bouddhiques, miroirs…) et dévoile sa dernière série inédite, Reflection, dédiée à la beauté de la femme asiatique.

Polka, mars-mai 2019 (extraits d’une interview de Jean-Baptiste Huynh). À propos de l’exposition : « C’est une vraie carte blanche, que j’ai conçue de manière autobiographique puisqu’elle suit mon histoire personnelle. Elle est composée de trois parties, comme trois voyages ». À propos des murs noirs de l’exposition : « Je voulais une scénographie épurée, comme dans mes images. Je photographie sur fond sombre. Mon idée est de placer le visiteur dans le même face-à-face que celui que j’expérimente lors de la prise de vue ». À propos de sa série Reflection :« Le miroir m’a toujours inspiré. C’est l’objet de la connaissance de soi, mais aussi celui qui nous permet de connaître l’infiniment loin grâce aux télescopes et l’infiniment petit avec les microscopes. (…) Avec Reflection, j’éclaire les particules de mercure de miroirs du XVIIIe siècle de façon à capter un scintillement qui est une sorte de cosmos métaphorique dans lequel apparaît le reflet de la personne photographiée, dont l’image est légèrement diffuse ». À propos de ses protocoles de travail : « J’ai développé un procédé de prise de vue très simplifié : une seule source de lumière, une seule optique, un fond noir qui permet d’isoler le sujet de son contexte social pour me concentrer sur son intériorité ».

Le Monde des religions, mars 2019 (extraits). L’Asie et l’obsession du temps qui passe marquent l’œuvre du photographe Jean-Baptiste Huynh, exposé au MNAAG. (…) Les clichés de Huyen, une Vietnamienne photographiée à différentes époques de sa vie, manifestent cette volonté de saisir le passage des années sur un visage, illustrant la progression vers la maturité. (…) Les matières qu’il photographie – pierre, bois, miroir – défient les effets du temps et présentent un ancrage solide dans le réel. (…) Mêlant la poésie de l’éphémère à la majesté de la matière, Jean-Baptiste Huynh a cherché à évoquer l’éclat et la spiritualité d’un visage. Marjorie Charpentier.

 


Jean-Baptiste Huynh est représenté par la Galerie Lelong & Co.

Tous les ouvrages de Jean-Baptiste Huynh sont disponibles sur notre librairie en ligne.

Photo de l'intérieur du livre Infinis d'Asie

Photo de l'intérieur du livre Infinis d'Asie

Photo de l'intérieur du livre Infinis d'Asie

Photo de l'intérieur du livre Infinis d'Asie

Dimensions296 × 289 × 26 mm
ISBN

978-2-37074-115-8

Nombre de pages

192

Reliure

Relié cartonné

Choisissez la langue du livre

Anglais, Français

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Infinis d’Asie – Jean-Baptiste Huynh”

Shopping cart

0

Votre panier est vide.

Hit Enter to search or Esc key to close

Offre spéciale

Pour tout achat du livre « Infinis d’Asie », nous vous offrons le hors-série de Beaux-Arts magazine sur Jean-Baptiste Huynh de mars 2019 !

20 exemplaires restants !