Podcast L’Œil écoute n°7 – Partie 2 : Pascal Maitre, un des plus grands photojournalistes de sa génération.

Voici la 2e partie de l’Œil écoute consacrée à Pascal Maitre.

Nous l’avons quitté au moment où il évoquait les conséquences de l’arrivée du numérique sur le métier de photojournaliste. Il nous rappelait à juste titre que l’appareil ne fait pas le photographe, tout comme le ballon ne fait pas le génie du foot.Aujourd’hui au sein de l’agence Myop, il nous raconte ses pérégrinations aux confins d’un monde – l’Afrique – à la géopolitique mouvante. Dans ce volet, il revient ainsi sur l’Éthiopie de 1984, sur la Somalie de 2002 et 2011 et évoque son travail plus récent réalisé à Kinshasa. En filigrane, se dessinent les tenants d’une pratique où le temps joue un rôle crucial dans son approche de création et sa quête d’informations. Il a su convaincre les journaux pour lesquels il collabore que sans le temps long, il n’est pas de sujets qui tiennent la route.

Conscient de la portée d’une photographie lorsque des événements tels que des famines se déroulent loin des regards, il sait aussi que « la photographie n’est qu’une question de choix. » Ses choix l’ont toujours guidé vers une photographie tournée vers l’humain, et la volonté de témoigner de sujets dont les impacts touchent autant le particulier que le collectif, comme il l’a fait fin 2017 lors de son exposition « Quand l’Afrique s’éclairera » ou quand il nous parle de sa rencontre avec la militante Marguerite Barankitse. Bonne écoute.

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux :

Partager sur facebook
partager
Partager sur twitter
Tweeter
Partager sur linkedin
informer
Partager sur email
Envoyer

Découvrez nos autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *