Podcast « L’Œil écoute » #16 : Régis Samba-Kounzi ou « la nécessité de faire corps tout en gardant ses spécificités ».

Le podcast est disponible sur Deezer, Spotify, Apple Podcast et Soundcloud en bas de cette page.

La scène photographique africaine, francophone et anglophone, retient de plus en plus l’attention du public et des organisateurs de festivals. Preuve en est la place des artistes issus de ce continent présentés aux dernières Rencontres d’Arles avec THAWRA ! RÉVOLUTION ! SOUDAN, HISTOIRE D’UN SOULÈVEMENT ou The New Black Vanguard. Souvent peu connus en Europe, leur présence manifeste la vigueur de leur création, son foisonnement et la puissance des messages à transmettre, qu’il s’agisse des enjeux liés à l’égalité hommes/femmes ou à la persécution des minorités sexuelles dans certains pays d’Afrique.

© SAMBA-KOUNZI_LOLENDO : PORTRAIT


Parmi ces nouvelles générations, une voix s’élève dans l’espace francophone pour dénoncer le sort des populations homosexuelles ou LGBT. Cette voix est celle de Régis Samba-Kounzi, un artiste qui se définit comme un photographe « afro-queer » dont les racines traversent la France, le Congo-Brazzaville et la RDC. Une épithète qui témoigne de ses choix de vie, de son engagement dans la lutte contre le SIDA auprès d’Act UP-Paris dans les années 2000, mais aussi du combat qu’il mène actuellement auprès des communautés LGBT en Afrique.

Yannick Le Guillanton l’a rencontré à Paris pour évoquer son projet « Minorités ». Ses images ne documentent pas seulement son activisme, elles sont avant tout le moyen de raconter des histoires, de rendre visible la vie d’êtres confrontés de près ou de loin à la maladie et de soulever la question de l’homoparentalité. Régis Samba-Kounzi sait que l’art reste un moyen puissant de sensibiliser le monde et d’agir pour défendre une cause juste. Son parcours est celui d’un artiste dont la vie est en dialogue constant et curieux avec l’altérité.

© SAMBA-KOUNZI. HOMMAGE

Il exposera à partir de décembre prochain quelques-uns de ses portraits extraits de la série Inside au sein du MUCEM dans le cadre de l’exposition « VIH/sida. L’épidémie n’est pas finie ! » du 15 décembre 2021 au 2 mai 2022.

Habillage musical, extraits de « Lion » par Sapajou, « Funk and Clap » et « Brass and Groove » par Loopslab.

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux :

Partager sur facebook
partager
Partager sur twitter
Tweeter
Partager sur linkedin
informer
Partager sur email
Envoyer

Découvrez nos autres articles

RECHERCHE