Portrait de Louise Slaviero
Portrait de Louise Slaviero : Avec l’aimable autorisation d’André Carrara. © André Carrara, 2020, collection personnelle du photographe

Louise Slaviero

Expatriée en Asie et en Amérique du Sud jusqu’à l’âge de 10 ans, Louise Slaviero rencontre la photographie lors de son arrivée en France. Durant son adolescence, elle pratique l’autoportrait comme une forme d’introspection. Après une brève rencontre avec la sociologie, elle intègre les Ateliers de Sèvres en 2015 et découvre d’autres formes d’expression artistiques, le dessin, la peinture, le graphisme…

Surtout, elle s’entraîne à bâtir une proposition artistique.
Cette formation technique et théorique est l’occasion pour elle de choisir définitivement la photographie comme mode d’expression privilégié. Dans un premier temps, ses travaux sont marqués par des tranches de vie, caractéristiques du reportage instantané, influencée par Nan Goldin, Daido Moriyama et William Eggleston.
Bien que la couleur et le graphisme soient déjà présents dans ses images, c’est en intégrant l’école des Gobelins en 2016 qu’ils prennent une importance déterminante dans son travail. L’étude de la ligne, le choix des couleurs et de la composition deviennent des
éléments-clefs de ses œuvres. Elle s’inspire notamment de l’avant-garde esteuropéenne et ses figures de proue (Kasimir Malevitch, El Lissitzky, László Moholy-Nagy). Son travail photographique privilégie désormais la mise en scène de natures mortes plutôt que la place de l’humain et la spontanéité de ses premiers travaux.
Cependant, sa collaboration avec André Carrara dès 2017 lui permet de cultiver la dimension instinctive de la prise de vue.
Ce dernier lui confie que « prendre une photo, c’est avant tout un parfum qu’il faut sentir ». Face au doute suscité par la pratique artistique, elle nourrit son travail d’une formation en philosophie qu’elle suit à l’université Panthéon-Sorbonne depuis 2019 où elle développe une approche phénoménologique de la photographie.

TIRAGES D'ART

0 réponse

  1. Ce livre est vraiment d’une grande beauté. En plus je l’ai reçu accompagné d’une très jolie carte postale d’une grande qualité (on dirait un tirage photo). Bravo Hemeria et merci pour ce livre d’exception !

  2. Exceptionnel… tout est exceptionnel dans cet ouvrage. C’est le 3e ouvrage de ce photographe que j’achète et je suis à chaque fois émerveillée. Les photos tout d’abord sont d’une douce poésie. Le livre devient l’ecrin de cette magie. Tout est travaillé: mise en pages, photogravure, impression, reliure, qualité du papier. On pourrait parler des heures du blanc et du noir, si noir… Bref, laissez-vous emporter !

  3. Un livre magnifique, une impression exceptionnelle, d’une fidélité absolue avec les œuvres de l’artiste.
    J’ai découvert cet ensemble lors de l’exposition parisienne, ma fascination fut immédiate.
    Je salue le travail de toute l’équipe d’HEMERIA pour avoir su rendre l’intensité qui se dégage de cet univers si particulier.
    En un mot, bravo.

  4. Une plongée dans un monde (personnellement) inconnu qui nous fait réfléchir à notre environnement, notre planète, notre lien avec la matière.
    Les photographies Éric Lamblin et Guillaume Boeye sont d’une pureté exceptionnelle, imprimées dans le même esprit, la transmission d’un monde unique.
    Merci pour cette découverte de grande qualité.

  5. J’ai découvert le travail de Wahib Chehata lors d’une de ses expositions à Paris en octobre 2019. Il y présentait quelques unes de ses photographies dont le traitement est si proche de la peinture. En ressort, des matières, des couleurs, des intensités lumineuses exceptionnelles. Le livre / catalogue de l’exposition a été conçu de la même manière que l’oeuvre elle-même, en respect des couleurs, des matières et des lumières. C’est un objet en soi, que je perçois comme une pièce unique. Merci à Hemeria du soin qui a été apporté à tous les détails qui rendent le livre si précieux.

  6. J’avais commandé un tirage de tête avant de voir l’exposition et j’ai eu la chance de parcourir celle-ci avec Wahib lors de la récupération du tirage et du livre. Cela fut une émotion intense, l’approche du travail de la lumière, la manière dont il traite son sujet chaque photographie est une toile de maitre.
    Hemeria a su retranscrire dans le livre toute la sensibilité et l’exaltation par la qualité d’impression irréprochable.
    Merci pour cette rencontre.

  7. Exceptional … everything is exceptional in this book. This is the third work by this photographer that I buy and I am amazed each time. The photos, first of all, are sweet poetry. The book becomes the setting for this magic. Everything is worked on: layout, photoengraving, printing, binding, paper quality. We could talk about the hours of white and black, if black … In short, let yourself be carried away!

  8. Laurent Ballesta et ses amis nous immerge dans les fonds marins de la grande bleue. Très grande qualité des photographies prises en immersion. Avec eux nous nageons et plongeons au fond de notre chère Méditerranée. Nous les accompagnons lors de leurs sorties pour filmer la faune et la flore qui composent la population marine. Ce sont des professionnels mais ils mettent à notre portée tout cet environnement et nous n’avons plus qu’une envie : revêtir la combinaison, nous emparer de notre appareil photographique, de notre caméra et descendre à la rencontre des merveilles offertes par la mer. Mais attention, au large de Toulon , la murène nous guette, à Porquerolles, le crabe araignée ne nous quitte pas des yeux, et à La-Londe-les-Maures, le roi des rougets nous jette un drôle de regard. Ce dernier craint notre approche, ne serait-il pas un bon accompagnement pour la bouillabaisse que nous ferons peut-être dimanche?

    C’est un très beau livre, à regarder, à feuilleter, à consulter, à poser, à reprendre. Il nous incite à pratiquer la plongée sous-marine, afin d’explorer et d’observer en toute quiétude les poissons, les crustacés, la flore de cet univers. Je recommande cet ouvrage, il fera le bonheur des amateurs de belles photographies et permettra d’approcher, au plus près, des richesses de la mer. Malheureusement, vu la qualité des images, la richesse des notes, il n’est pas à la portée de tous. Merci encore à Babelio pour ce cadeau que je vais glisser au pied du sapin, afin de créer encore plus de magie pour mon petit-fils qui aura 6 ans le deux janvier. Profitons encore pleinement de ce Noël ( l’an prochain, croira-t-il encore au père Noël, bien que moi j’y crois encore un peu , mais chut….)

    Bonnes fêtes à tous et bonnes lectures.

  9. Petit cadeau de Noël, un livre très attendu pour notre famille de plongeur.
    Conernant le service hemeria, rien à redire dire si ce n’est merci ! Livre reçus dans les temps pour le placer sous le sapin. Communication avec le chat rapide et précis. Je recommande vivement.
    Joyeux Noël à tous

  10. Mon cadeau a fait mouche. Très belle couverture et qualité de papier, mise en scène des photos originale et agréable au regard, laisse des temps de pause pour apprécier les tirages qui sont magnifiques, très bel ouvrage , bravo

  11. Très beau livre, bien présenté. Et les photos de Laurent Delhourme tout à fait magnifiques. Moi qui est un amoureux de Paris, je suis choyé. Heureux également de la facilité avec laquelle j’ai pu me procurer le livre, moi qui réside au Québec. Bravo et longue vie à la maison Hemeria.

  12. La Photographe que je suis a été comblée par la réception de ce livre.
    Un regard talentueux, moderne dont je connaissais les photos sans m’être penchée sur la carrière du photographe.
    A défaut de me rendre comme j’ai l’habitude voir les expos parisiennes, cette expo par le biais de ce livre est venue jusqu’à moi.

  13. Dans le cadre de Masse Critique [BABELIO], j’ai eu le plaisir de recevoir ce livre de photographie. Je remercie chaleureusement l’éditeur Hemeria et Babelio.
    D’André Carrara photographe de mode de renommée internationale, je ne connaissais ni le travail ni le parcours. C’est donc avec un oeil « tout neuf » que j’ai lu cet ouvrage avec tout de même au creux de mon regard la passion et la pratique de la photographie depuis longtemps.
    « Regards » est une rétrospective de l’auteur principalement des années 1980 à 2000, les clichés les plus marquants d’une longue carrière, choisis par André Carrara lui-même. Le tout réuni dans un beau livre de 150 pages. Bien qu’intéressante, la préface d’Isabelle-Cécile le Mée est finalement insuffisante pour pouvoir appréhender toute la richesse d’un telle carrière. Les images doivent parler d’elles mêmes. Et c’est ce qu’elles font ! Les clichés noir et blanc sont magnifiques, reproduits sur un papier de qualité. On y voit des modèles élancées qui évoluent dans des ambiances particulières aux quatres coins du monde. L’environnement est omniprésent. Deci delà apparaissent un cheval, un paysage… Des mises en scène, des références au cinéma des années 1950, de la gestion de la lumière et des cadrages, bref une signature particulière. C’est un beau livre représentatif du parcours d’un grand photographe, « ses regards » sur la beauté féminine, la mode… Pour tous les aficionados de la photographie. À offrir ou se faire offrir !

  14. Le talent d’un photographe, à mes yeux, est de parvenir avec un simple cliché à attirer le regard du spectateur, à l’interpeller sur des sujets importants, à le faire réfléchir sur des faits de société, à lui permettre d’inventer une histoire, reconnaître un lieu ou tout simplement lui rappeler un souvenir. André Carrara est un photographe de mode reconnu. On pourrait imaginer que seul le vêtement a de l’importance dans son travail, mais il n’en est rien ! En parcourant les pages de ce magnifique ouvrage, j ai voyagé dans le sud des États-Unis, à Stromboli, j’ai ressenti à travers les « regards » de ces femmes leurs doutes, leurs peurs, leurs combats… J’ai reconnu des références cinématographiques (Rossellini, Audrey Hepburn…) Bref, André Carrara m’a transporté ailleurs ! Et que j’aime ça !
    Merci mille fois à @babelio pour cette opération #massecritique ! La passionnée de photo que je suis a été comblée !

  15. *** Il n’y a pas de bonnes guerres mais il y a de mauvaises paix ***
    [Masse critique Babelio] décembre 2020 – je remercie Babelio ainsi que les Éditions Hemeria pour l’envoi de ce livre, un pavé de plus de 500 pages. C’est une lourde tâche, une réflexion sans issue : peut-on penser la Paix ? Imaginer la Paix ? Plusieurs contributeurs y on mis leurs ressentis ainsi que leur point de vue dans cet ouvrage complété de superbes photographies prisent « sur le vif ».
    Ce livre ne se lit pas comme un roman, il se feuillette, on passe d’une page à une autre, on revient en arrière, on remet en question nos analyses, on essaye de comprendre la géopolitique d’un pays en guerre et pourquoi !
    On se plonge dans les photographies de guerre, certaines choquantes puis on apprécie celles prisent en temps de paix.
    On voyage dans le « hier » et dans le « aujourd’hui » : du Liban, Cambodge, Bosnie, Colombie, Irlande du Nord, Rwanda… on subit, on comprend, on essaye…
    Perspectives de paix dans le futur… On espère que les déplacements ethniques pourront un jour cesser et se dire que tout le monde puisse vivre tranquillement dans leur propre pays, que les persécutions s’arrêtent, que les enfants puissent manger à leur faim et que les femmes puissent ne plus avoir peur, que les manipulations politiques et les conflits de dividendes, sources de déclenchement de guerres cessent ! Illusions ? Facile d’imaginer la Paix… plus difficile de la mettre en oeuvre.
    J’ai apprécié le concept de l’ouvrage, les superbes photographies, les histoires de vie des personnes sélectionnées dans chaque pays.
    J’ai moins aimé l’aspect pointu de la politique étrangère, mais, qui fait partie intégrante des problèmes liés aux guerres et aux déplacements ethniques.
    Autre petite critique la première de couverture du livre, j’ai une version de couleur rouge unique et c’est bien dommage au vu des belles photos qu’il y a à l’intérieur. Le bon goût aurait voulu une sélection d’image représentant la paix justement.

  16. [Masse critique Babelio] J’ai été séduite par l’idée proposée par ce livre : mettre en lumière l’après guerre, s’intéresser à la phase de transition qui succède au conflit, voir comment la paix peut ou ne peut pas s’installer dans une région, un pays dont la population a été meurtrie.
    En choisissant 6 grands conflits qu’a connu le monde ces dernières années, des reporters et photographes spécialistes de ces régions tentent d’éclairer le lecteur sur cette question de la paix.
    J’ai été très agréablement surprise par la qualité de l’ouvrage et notamment les témoignages et analyses des experts. J’aurais préféré toutefois que les auteurs se concentrent davantage sur le traitement du thème de la paix. Certaines parties s’attardaient trop sur le récit des conflits en eux-mêmes.
    J’ai beaucoup apprécié que les témoignages soient accompagnés de photos. C’est d’ailleurs ce traitement du sujet par l’image qui m’a attiré de prime abord. Comme pour la partie texte, j’aurais également aimé que soient davantage mises en avant les photos qui témoignent de la mise en place du processus de paix et de l’impact direct de l’arrêt du conflit sur les populations. Je pensais d’ailleurs que le livre comportait davantage de photos. Petite déception de ce côté là. Mais bien sûr ça n’enlève rien à la qualité du livre et de son édition que je salue.

  17. [Masse critique Babelio] Comment approche-t-on la paix une fois le conflit terminé ? Qu’est-ce qui participe à alimenter de nouveaux conflits ? Arrive-t-on à enrayer réellement la haine ? Peut-on guérir simplement avec la reconnaissance ? Peut-on faire comme si rien n’était arrivé, comme si c’était du passé ? Peut-on vivre les uns à côté des autres sans grondements si justice n’a pas été rendu ?
    Je n’ai pas la réponse à ses questions, je ne suis pas sûr que quelqu’un l’ait. Ce livre qui est le témoignage de l’exposition du même nom qui a lieu jusqu’au 21 janvier 2021 au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (MICR) à Genève ouvre des pistes de réflexions pointues.
    Il évoque six grands conflits/génocides/guerre (Rwanda, Cambodge, Liban, Colombie, Irlande du Nord Bosnie) dont l’issue a demandé négociation et adaptabilité dans les pratiques de réconciliations. (Si tentés, évidemment, qu’elles soient réellement trouvées.)
    L’installation de la paix court sur plusieurs générations. Elle reste fragile et instable mais il existe des témoignages de tentatives, de balbutiements, qui tentent de penser une paix durable. Une paix qui ne se réveillerait pas à la moindre étincelle, à la moindre bifurcation, au moindre soupçon. Nourrit par des photos, des récits, des analyses, cet ouvrage qui est sobre et imprimé dans un papier de très grande qualité retrace des leçons d’histoires, qui tricote un peu l’espoir.
    Sa lecture a rejoint à côté de mes indispensables : « le silence des autres » d’Almudena Carracedo et Robert Baharce. Bouleversant documentaire qui évoque l’Espagne d’après franco et la signature de la loi d’amnistie générale votée en 1977. Cette loi a pour conséquence l’absence de justice pour les victimes qui continuent de vivre dans une société qui refuse de dire, de voir, de reconnaître et de rompre « le pacte d’oubli » que seuls les coupables ont choisi de voter. Une Espagne qui n’enseigne pas totalement son histoire avec les conséquences que cela suppose pour les citoyens d’aujourd’hui et les futures générations.
    Des médiums indispensables pour une meilleure compréhension du monde et ainsi tenté de combattre l’obscurantisme et les mécanismes de replis communautaire.

  18. [Extrait de Babelio] Je n’aurais pu espérer un plus beau cadeau de noël, je suis un grand fan du travail de Laurent Ballesta, pour tout dire il est mon idole. Il a su me transmettre la passion des mers, des créatures qui les peuplent, il est pédagogue et ça se retrouve dans ses clichés ainsi que les textes qui les accompagnes. Un grand merci à Babelio et aux édition Hemeria pour ce beau livre !
    Les photographies montrent toute la richesse de la méditerranée, de ses populations marines à la flore sauvage, les rendant presque palpables. le grand format de ce livre est totalement adapté pour mettre en valeurs les clichés au format paysage, on ouvre le livre est on y est.
    Il n’y a pas que les photographies qui sont de qualités, les notes aussi (en français et en anglais). Tantôt poétiques, tantôt scientifiques, elles feront le bonheur des curieux qui, comme moi, se passionnent pour la biologie marine de notre belle planète. Plus que des découvertes, j’y vois aussi un document qui sauvegarde notre patrimoine.
    Ce que j’aime le plus dans ce livre est qu’on y ressent une incroyable grandeur du milieu dans lequel le plongeur est et parfois on a un détail minuscule qui fait ressortir toute la photo, on navigue entre les échelles de tailles assez aisément ce qui fait que j’ai ce sentiment d’être en plongée avec eux. Ma photo préférée est celle du mérou brun, prit en photo à l’île Verte à La Ciotat à 58m, il y a des beaux bleus, du violet du orange, une bonne profondeur de champs et le mérou ressort et se mêle à la fois à son environnement. Très beau cliché.
    Vers la fin il y a également des images des quatre plongeurs, de la vie à bord et sur les expéditions Gombessa, qui je vous encourage à aller voir sur Arte.

  19. [Extrait Babelio] Salut les Babelionautes
    Pour un Amoureux de la Méditerranée comme moi, il est impensable que je rate ce Superbe livre photo réalisé après l’expédition Gombessa V .
    Secondée par 30 personnes en surface, l’équipe s’est préparée durant deux ans.
    le résultat est un incroyable tour de force technique. Les plongeurs sont restés durant 28 jours dans cette fameuse station, à une pression 13 fois supérieure à celle normalement supportée par le corps humain.
    de cette façon, et en restant bien à l’abri dans la « boîte » pressurisée afin de maintenir la pression des grandes profondeurs, les plongeurs n’avaient plus à subir les paliers de décompression. « Le corps pense qu’il est toujours dans les profondeurs », explique Laurent Ballesta.
    Alors même lorsque la station était ramenée à la surface, il leur était impossible de sortir sous peine d’accident mortel. Leurs repas étaient également pressurisés par l’équipe à l’extérieur. Dans la station, le mélange gazeux injecté contenait 3% d’oxygène et 97% d’hélium, déformant ainsi les voix des quatre hommes mais leur évitant des convulsions.
    Pour ceux qui n’ont pas vue le reportage diffusé sur Arte, faites comme moi, je me suis inscrit sur le site Arte et acheté l’emission.
    Merci a ces quatre Aquanautes, Yanick Gentil, Thibault Rauby, Antonin Guilbert et Laurent Ballesta, grâce à eux j’ai découvert les merveilles insoupçonnées que recèle Mare Nostrum.

  20. [Extrait Babelio] Salut les Babelionautes
    Pour un Amoureux de la Méditerranée comme moi, il est impensable que je rate ce Superbe livre photo réalisé après l’expédition Gombessa V .
    Secondée par 30 personnes en surface, l’équipe s’est préparée durant deux ans.
    le résultat est un incroyable tour de force technique. Les plongeurs sont restés durant 28 jours dans cette fameuse station, à une pression 13 fois supérieure à celle normalement supportée par le corps humain.
    de cette façon, et en restant bien à l’abri dans la « boîte » pressurisée afin de maintenir la pression des grandes profondeurs, les plongeurs n’avaient plus à subir les paliers de décompression. « Le corps pense qu’il est toujours dans les profondeurs », explique Laurent Ballesta.
    Alors même lorsque la station était ramenée à la surface, il leur était impossible de sortir sous peine d’accident mortel. Leurs repas étaient également pressurisés par l’équipe à l’extérieur. Dans la station, le mélange gazeux injecté contenait 3% d’oxygène et 97% d’hélium, déformant ainsi les voix des quatre hommes mais leur évitant des convulsions.
    Pour ceux qui n’ont pas vue le reportage diffusé sur Arte, faites comme moi, je me suis inscrit sur le site Arte et acheté l’emission.
    Merci a ces quatre Aquanautes, Yanick Gentil, Thibault Rauby, Antonin Guilbert et Laurent Ballesta, grâce à eux j’ai découvert les merveilles insoupçonnées que recèle Mare Nostrum.

  21. Cela faisait un moment que je n’avais pas participé à la Masse critique [Babelio], et lorsque j’ai vu les ouvrages qui étaient proposés cette fois, je n’en suis pas revenu.
    C’etait une masse critique dédiée graphique et il y avait de magnifiques ouvrages. Pour ma part, j’ai été sélectionné pour ce magnifique ouvrage dédié à la faune méditerranéenne. Il y a des animaux qui n’imaginent pas vivre parmi nous, et pour cause car la plupart de ceux qui y sont presentés sont des animaux qui vivre entre -20 et -100 metres de profondeur.
    C’est un plaisir de tourner les pages et de découvrir ce qui existe dans les fonds de la meditérannée : crabes , muraines, turbot des grottes, seiches et j’en passe.
    De magnifiques photos hautes en couleur. Un ouvrage de 3 kilos de magnifiques animaux marins, certains sont toutefois dangereux et vaut mieux ne pas s’en approcher….je pense notamment à la murène entre autres.

  22. J’étais sidérée de la vitesse de la livraison. Ce livre est arrivé en 5 jours au fin fond de la campagne anglaise ! Je voulais vous en féliciter

    1. Bonjour Inès,

      nous sommes désolé que vous ayez reçu un livre endommagé. Nous renvoyons gratuitement un nouvel exemplaire sur demande dans les rares cas ou cela se produit.
      À bientôt sur Hemeria.com

  23. Super maison d’édition, online et en pop-up. Thématiques larges mais toujours de qualité – grande proximité et respect des artistes. Service client sérieux et souci du suivi malgré les inévitables retards de fabrication/livraison. Highly recommended. A new kid on the block!

  24. Un ouvrage remarquable de par sa présentation et l’intelligence de ses propos. Les témoignages des journalistes sont très émouvants bien que souvent déprimants par le constat d’échec dans la réalisation de la Paix. Les photos apportent un plus non négligeable de par leur qualité et l’intensité de ce qu’elles nous montrent. L’ensemble est réellement très réussi et vaut la peine d’être non pas feuilleté mais lu attentivement même si je doute qu’il puisse servir à changer l’Homme. En tout cas bravo pour ce travail qui nous aide à mieux comprendre les tenants et les aboutissants.

    1. Bonjour, je suppose que c’est trop tard maintenant… Je l’ai récupéré dans un point relais , la personne qui me l’a donné a bien vu que l’emballage était , est-ce que cela suffit ou c’est trop tard ? merci et bonne journée

  25. Delivered before expected date. Well packaged to prevent damage to the book. I recommend Hemeria

  26. Livre que je me suis offert, un coût un peu élevé pour moi mais les photos sont absolument magnifiques, je suis ravie, un grand merci à Laurent Ballesta qui nous permet de partager sa passion et qui me permet de rêver en découvrant ce monde marin si fascinant ! Du pur plaisir !!
    Alors si vous avez les moyens de vous l’offrir n’hésitez pas, c’est juste merveilleux !!!

  27. Site internet très clair, prise en charge de la commande rapide, léger bémol sur la livraison pas très rapide et leur site de suivi pas très clair avec Mondial Relay.

  28. Génial ! J’avais vu le documentaire, et ca retranscris l’aventure avec des photos inédites et magnifiques. Exactement ce que je voulais y trouver. (ange de mer, gorgones noires, gros congres, poisson lune, etc, des sites immenses et magifique). Une belle exploration contemporaine !

  29. Je trouve que le site est agréable, simple, efficace, intuitif. La livraison est gratuite et s’effectue dans les délais annoncés.

  30. Un extrait du carnet d’expédition est fourni dans le coffret : on y trouve quelques explications et ressentis du photographe pendant son expédition, ainsi que de belles photos. Le livre est très beau et on y trouve de magnifiques photos, notamment de loups et d’ours. Il n’y a pas de photos « colorées » étant donné le milieu donc les images ressortent en noir et blanc. Cela donne une ambiance intéressante.

  31. Je recommande, réponse rapide à mes questions, livre très bien emballé et protégé, livraison rapide. Parfait !

  32. Commande sur site très facile, livraison extrêmement longue. Plus d’une semaine. Très bon emballage.

  33. Livraison très rapide. Emballage très bien fait, heureusement car le carton avait été éventré lors du transport (aucun dommage sur les livres).

  34. Service clientèle formidable, remplacement d’un livre abimé sans aucune difficulté. Service agréable et professionnel .

  35. Belle prestation au global. Très beau livre, livraison en temps et heure, emballage de protection. Efficacité, ponctualité, sécurité et qualité! je recommande sans hésitation