Gérard Rondeau

Gérard Rondeau est né à Châlons-sur-Marne le 10 avril 1953 dans une famille d’instituteurs. Il fait ses études à Reims puis, de 1974 à 1976, dirige l’Alliance française de Kandy (Sri Lanka). La découverte du livre À propos de l’URSS d’Henri Cartier-Bresson, dans la bibliothèque de l’Alliance, sera une révélation. De retour en Champagne, il s’engage dans la photographie en autodidacte.

Pendant plus de vingt ans, il va créer une sorte de compagnonnage avec le journal Le Monde, exécutant une très grande collection de portraits de peintres et d’écrivains contemporains. Des amitiés fortes naissent de ces rencontres. Il photographie le peintre Paul Rebeyrolle en action, parcourt avec le romancier Yves Gibeau les champs de bataille de la première guerre mondiale. Avec le Quatuor Ysaÿe, il visite les grandes scènes du monde. Avec l’écrivain Bernard Frank, il procède à l’inventaire des rues de sa vie, remonte la Marne avec Jean-Paul Kauffmann.

Le travail de Gérard Rondeau est représenté par l’agence Vu.

Voyageur infatigable, Gérard Rondeau sillonne le monde mais reste profondément lié à sa Champagne natale où il avait choisi de vivre, posant un regard nouveau sur les paysages et les hommes qui la composent. Il redécouvre les trésors cachés de la cathédrale de Reims. Il explore les coulisses des musées pendant vingt ans, chronique la vie à Sarajevo durant le siège, dresse un portrait du Maroc contemporain dans un dialogue au-delà du temps avec la peinture et les dessins de Delacroix, écrit la face cachée du Tour de France. Pendant quinze ans, il accompagnera les missions de Médecins du Monde dans le monde entier.

Des Galeries nationales du Grand Palais à Paris à la National Gallery de Jakarta, de la Maison européenne de la photographie à Paris au Festival de la Luz à Buenos-Aires, du Musée de l’Élysée à Lausanne au Martin-Gropius-Bau à Berlin, Gérard Rondeau a présenté de nombreuses expositions personnelles. À Istanbul, New York, Sarajevo, Rome, il inventa des séries particulières.

Gérard Rondeau a voyagé dans un monde en noir et blanc, il a emprunté des chemins sans fin, recherché la trace de pas oubliés, joué avec les mots, les jeux d’ombre et les silences, il a assemblé des histoires et restitué des mondes en souffrance.

Gérard Rondeau nous a quittés le 13 septembre 2016.

Gérard Rondeau a reçu le « Prix de l’Artiste de l’Année » dans la catégorie « Arts plastiques » à Paris lors des Globes de Cristal 2007.

Actualités

Ses œuvres

Couverture du livre J'avais posé le monde sur la table

J'avais posé le monde sur la table

Cet ouvrage rassemble tout le monde de Gérard Rondeau. Son écriture photographique est une poésie, une approche sensible des lieux et des êtres. Vous entrez à pas feutrés dans un univers de sensibilité, en noir et blanc. Vous êtes ému par sa profondeur et sa délicatesse. Une intelligence de l’humanité est à portée de notre regard, par le sien.

« J’avais posé le monde sur la table n’est pas un catalogue de photographies mais un appel à divaguer sur la terre, une invitation à découvrir les mondes de Gérard Rondeau. »

Olivier Frébourg

« Une œuvre de mémoire sur le vif. (…) Gérard Rondeau est autant le reporter de ce qui dure que le portraitiste de l’éphémère. (…) Ses images refusent tout effet de masque : elles se veulent au-delà du constat, du côté d’une révélation simple qui mesure le poids des éléments et l’évidence des êtres. »

André Velter

Panier

0

Votre panier est vide.

Hit Enter to Rechercher or Esc key to close