Jean-Pierre Duvergé

Jean-Pierre Duvergé

Jean-Pierre Duvergé a travaillé 10 ans en agence de publicité avant de se lancer dans une longue carrière dans les RH en tant que chasseur de têtes. Photographe autodidacte, il a laissé de côté l’appareil argentique pendant de longues décennies avant d’y revenir lors d’un voyage au Pérou en 2014.

Bordelais d’origine, c’est à Cergy, où il réside depuis 1981, qu’il est ensuite entré véritablement en photographie et a trouvé son langage : celui des visages. Sa série « Cergy’s Faces : une banlieue française » compte à ce jour 1300 portraits destinés un jour à être exposés dans la ville.

Sa photographie est instinctive, au plus près de l’humain, enserrée dans l’instantanéité et la simplicité d’une rencontre. Dans ses visages, c’est d’abord le regard qui attire : porte d’entrée vers l’âme, il hypnotise. Tous ces visages nous ramènent à l’universalité de l’humanité.

Jean-Pierre Duvergé est donc un photographe en marche, qui se déplace vers l’autre, sans faire un pas de côté mais au contraire qui se confronte à l’altérité et cherche à montrer ce qui rassemble les êtres.
S’il déplore le manque d’attractivité de la photographie humaniste à l’heure de la photographie décorative au firmament des réseaux sociaux, il résiste à la normalisation visuelle à l’œuvre dans un contexte de profusion d’images en continuant sans faillir à rendre compte de la diversité humaine, sociale, pour décloisonner et faire table rase des stéréotypes.

Conscient que l’homme reste un loup pour l’homme, il n’en reste pas moins convaincu que la photographie documentaire reste une arme pour célébrer les différences et que, oui, toute image est politique.
Il sait aussi que nul besoin d’aller loin pour voyager, même si, pour cet ouvrage, il a arpenté les terres arides d’Éthiopie.
Depuis 2016, son travail est exposé régulièrement, principalement lors de festivals ou de Rencontres photographiques, en France et à l’étranger, et souvent présenté en grand format et en plein air.

En 2017, il est parmi les 3 nominés au Zenith Photo Award de Berlin ; en 2018, il participe au Addis Foto Fest à Addis-Abeba ; en 2019 et 2020, au Eyes on Main Street à Wilson, en Caroline du Nord, aux États-Unis ; en 2019, au Kuala Lumpur Foto Festival à Kuala Lumpur, en Malaisie ; la même année, au Tokyo International Foto Award, il reçoit la médaille de bronze et la mention honorable.

En 2021, il sera l’invité d’honneur du Salon Photographique International de Vernon (octobre).
En 2022, il sera accueilli en résidence au festival « Eyes on Main street ».

LIVRE

ETHIOPIA

59€

ETHIOPIA est une invitation à la découverte d’un pays et de ses peuples. J’ai fait moi-même ce chemin vers eux, porté par la volonté de les connaître, de les comprendre.

Voici l’histoire du périple chronologique tel que je l’ai vécu, et tel que vous pouvez le vivre vous-même, avec ses temps forts

ACTUALITÉS

Podcast « L’Œil écoute » #17 : Denis Dailleux ou « comment parler de son désir en le sublimant ? »

Podcast disponible sur Deezer, Spotify, Apple Podcast et Soundcloud. On n’échappe pas à son enfance. Celle de Denis Dailleux est marquée par l’omniprésence des images. Près d’Angers, pendant 10 ans, le petit village rural où vit sa famille est l’objet d’une enquête sociologique menée par un universitaire américain et ses étudiants : il est alors fasciné par les planches-contact qu’un d’entre eux, devenu un proche de la maison, réalise. Dans le même temps, l’enfant est marqué du sceau des rituels et des icônes religieuses, du spectacle de la messe et du mystère de la foi. Sa grand-mère l’emmène chaque dimanche

Lire plus »

Hemeria ouvre une boutique éphémère à Paris

Nous ouvrons exceptionnellement la Galerie 89, à côté de notre atelier, pendant les week-ends du 27-28 novembre et du 11-12 décembre. Accès libre. 11h-19H 89 avenue Daumesnil, 75012 Paris. Expositions, signatures en présence des photographes et présentation des livres d’exception de cette fin d’année 2021. Programme Samedi 27 novembre et dimanche 28 novembre seront présentés en présence des photographes : S’élever au milieu des ruines, danser entre les balles de Maryam Ashrafi SAGAS d’Olivier Joly Samedi 11 décembre seront présentés en présence des photographes : Semeuses de joie de Caroline Riegel (16h-19h) Thomas Crauwels (11h-19h) Olivier Joly (16h-19h) Regards d’André

Lire plus »

Exposition Lux in Tenebris de Patricia Canino

Connue pour ses courts métrages sur l’art et ses photographies de mode, Patricia Canino a réalisé un travail photographique tout particulier sur les icebergs à la dérive du Groenland. Si, du cinéma, elle a gardé le sens de la mise en scène, le travail de la lumière est devenu le cœur de son travail à la prise de vue. Avec les icebergs, les images elles-mêmes deviennent matières à transformation et métamorphoses de la lumière. Des éclats de lumières négatives solarisées vibrent, la profondeur du noir se déploie dans toute sa puissance, le blanc des glaces devient minéral, la surface de

Lire plus »

Podcast « L’Œil écoute » #16 : Régis Samba-Kounzi ou « la nécessité de faire corps tout en gardant ses spécificités ».

Le podcast est disponible sur Deezer, Spotify, Apple Podcast et Soundcloud en bas de cette page. – La scène photographique africaine, francophone et anglophone, retient de plus en plus l’attention du public et des organisateurs de festivals. Preuve en est la place des artistes issus de ce continent présentés aux dernières Rencontres d’Arles avec THAWRA ! RÉVOLUTION ! SOUDAN, HISTOIRE D’UN SOULÈVEMENT ou The New Black Vanguard. Souvent peu connus en Europe, leur présence manifeste la vigueur de leur création, son foisonnement et la puissance des messages à transmettre, qu’il s’agisse des enjeux liés à l’égalité hommes/femmes ou à la

Lire plus »

Exposition Climate Heroes à Photo Climat

L’exposition À l’occasion de la première édition de PhotoClimat, la biennale sociale & environnementale de Paris, qui aura lieu du 18 septembre au 17 octobre, nous avons le plaisir de vous présenter le livre et l’exposition CLIMATE HEROES du photographe Maxime Riché. Qui sont ces héros ? Ce sont des gens ordinaires qui, un jour, ont agi pour modifier leur manière de consommer, de produire ou d’utiliser les ressources qui les entouraient. Ces héros, Maxime Riché témoigne de leur parcours depuis plus de 10 ans. Avec ce livre, il a rassemblé les histoires de 16 héros les plus emblématiques. Ils

Lire plus »

Podcast « L’Œil écoute » #15 : Isabelle Boccon-Gibod, la famille comme architecture.

« Avec la photographie, j’essaie de saisir une sensation du corps, plus que de saisir un objet à regarder. Avec l’écriture, j’essaie de donner chair. […] La photographie révèle quelque chose de plus énigmatique en moi, que je ne sais même pas formuler. Je ne sais même pas que c’est là avant de l’avoir fait. » Autodidacte dans sa pratique argentique de la photographie, Isabelle Boccon-Gibod déploie un rapport organique et physique au médium qu’elle utilise pour exprimer toute la pluralité de sa personnalité. Elle se livre ici avec beaucoup de sincérité au moment d’évoquer son parcours et la manière dont elle

Lire plus »
Panier d’achat

Aucun produit dans le panier.