Amira Alsharif, lumière d’un Yémen oublié

Rencontre avec une femme d’exception, qui force l’admiration 

Interview réalisée par Yannick Le Guillanton

Déplacement interne de populations, ces « réfugiées » marchent dans les ruines dans les rues d’Abyan au coucher du soleil, est d’Aden, décembre 2012. Les bombardements du gouvernement yéménite contre Al-Qaeda ont causé la destruction de nombreuses constructions à Aden. © Amira Alsharif/UNHCR

Résidente ICORN à la Cité internationale des arts depuis septembre 2019, diplômée de l’International Center of Photography à New York, Amira Alsharif documente depuis maintenant 17 ans le quotidien des femmes yéménites avec passion. Un travail pour lequel elle a mis sa vie privée entre parenthèses afin de s’immerger de longs mois auprès de celles qui sont pour elle bien plus qu’un sujet photographique. 

Pour aller à leur rencontre, elle doit affronter le tumulte d’un pays en guerre qui dégage trop peu de place dans les colonnes de la presse écrite et les conducteurs des journaux télévisés. C’est pourtant, selon les Nations unies, la pire crise humanitaire au monde. Dans un article d’octobre 2019, The Guardian évoque que ces 5 dernières années 100 000 personnes auraient trouvé la mort au cours du conflit. La destruction de l’économie, la famine et les épidémies achèvent les plus faibles. Les affrontements qui opposent depuis 2014 la rébellion chiite houtie au Nord, au pouvoir sunnite au Sud, sont très mal perçus par l’Arabie Saoudite qui ne peut concevoir l’installation d’un allié de l’Iran à ses frontières. Depuis 2015, les bombardements saoudiens achèvent alors une population exsangue. Mais le travail d’Amira Alsharif n’est pas partisan, au nord comme au sud, elle s’intéresse aux mères courage qui n’aspirent qu’à la paix.

_________________________

Amira Alsharif, pouvez-vous me dire quel a été votre premier contact avec la photographie, qu’est-ce qui vous a donné le désir de devenir photographe ? 

Lorsque j’avais 7 ans, nous habitions en Arabie Saoudite. À cette époque, mon père construisait notre maison, il possédait un appareil Polaroïd et je m’amusais déjà à documenter la construction, le travail des ouvriers. Avec la guerre du Golfe, nous avons dû rentrer au Yémen. Nous nous sommes installés dans la province d’Al Mahwit où mon père enseignait dans une école. Il voulait absolument que je sois la première de la classe, nous avons donc passé un marché : j’étais la meilleure élève et en échange il m’a offert un appareil Kodak, des films et il m’a donné les moyens de faire développer mes photos. 

En tant que photographe professionnelle, comment êtes-vous arrivée à publier vos photos dans The National Geographic, The Washington Post ou The Guardian ?

J’ai toujours pratiqué la photo en indépendante. Je réalise des projets à long terme, pour cela je parcours le Yémen. J’ai par exemple réalisé un projet sur l’île de Socotra intitulé A love song to Socotra Island qui m’a amené à m’y installer pendant 2 ans. Pour Ambassadors of Yemen, j’ai voyagé là encore pendant 2 ans entre le Nord et le Sud. Si j’ai eu l’opportunité de travailler comme freelance pour The National Geographic, The Washington Post ou The Guardian, c’est que j’ai 6 années de travail et d’images en stock qui n’ont jamais été vues. Pour que ce travail touche les médias internationaux, les politiques et les gens qui les lise le matin, j’ai dû quitter mon pays.

On entend peu parler du conflit qui se joue actuellement, pouvez-vous me dire si vous avez rencontré des photographes occidentaux sur le terrain ?

J’ai rencontré pas mal de photo reporters internationaux. À côté de mon propre travail, j’ai été « fixeur ». Je jouais le rôle de traductrice, de guide pour ces médias étrangers. Je les assistais, les aidais dans tout le processus de l’organisation de leur voyage aussi bien pour l’obtention des autorisations officielles que pour les moyens de déplacement, et jusqu’à la réalisation du sujet pour lequel ils étaient venus sur le terrain. 

Y a-t-il également des photographes yéménites qui documentent cette guerre ? 

Oui, il y a beaucoup de photographes yéménites qui documentent tout ce qui se passe. Le problème c’est que nous avons un accès très limité à un internet. Pour ma part, pour faire mes photos, je mettais ma vie en jeu et dans le même temps je ne pouvais pas les envoyer en Europe ou aux États-Unis pour qu’elles soient publiées. Je savais que je devais quitter mon pays pour que ce travail puisse être vu et c’est vraiment ce qui s’est passé. Pour revenir à votre question, si j’ai pu toucher des médias internationaux, c’est parce que j’étais sortie du Yémen, j’étais connectée, j’avais accès à Internet. Dans les endroits où je travaillais, je ne pouvais même pas contacter ma propre famille.

Adel, un collègue de la photographe, marche à travers les fumées toxiques d’une décharge contrôlée par les Émiratis dans la région de Buraiqeh, ouest d’Aden, février 2017. « Il appelait cette image “retour de l’enfer” pour exprimer poétiquement son épuisement face à cette guerre et à la dégradation économique », se souvient la photographe. © Amira Alsharif

Existe-t-il au Yémen une presse indépendante qui vous permet de publier votre travail ? 

Il y a de nombreux magazines et chaînes de télévision qui ont disparu. Les gens ignorent peut-être les conditions de vie sur place, mais nous n’avons pas accès à internet, ni à l’énergie, ni à l’eau ainsi qu’à aucune sorte de services publics. Cela signifie bien évidemment que nous n’avons pas accès non plus à la presse. Il n’y a plus de presse indépendante, elle est sous le contrôle de ceux qui mènent le conflit. On ne peut pas être sûr de l’authenticité des informations diffusées qui sont sous le contrôle de l’une ou l’autre des parties. 

Un soldat yéménite appartenant à une milice séparatiste soutenant les Émiratis pleure sur le lieu même où son ami est mort en 2015 durant l’offensive houtie sur Aden, mai 2017.
© Amira Alsharif

Pouvez-vous m’indiquer quelle est la situation des femmes photographes que vous connaissez ? 

Il y a vraiment d’excellentes femmes photographes qui prennent beaucoup de risques pour mener à bien leur travail. Certaines ne veulent pas mettre en jeu leur carrière en demandant des autorisations officielles, elles mènent donc souvent un travail artistique à la maison, elles évitent ainsi les questions dérangeantes… Où que ce soit dans le pays, vous pouvez être considéré comme un espion lorsque vous utilisez un appareil photo. Elles réalisent donc des photos de leur entourage dans des zones sûres. Il y a aussi une autre façon de faire les choses, c’est de formuler un sujet par écrit et de demander une autorisation officielle d’un mois en indiquant : pourquoi, pour quelle durée et dans quelle région vous souhaitez travailler. Vous êtes alors accompagné par quelqu’un qui surveille tout ce que vous faites.

24 mars 2017. Aden, sud du Yémen. Wafi et Mokhtar sont de jeunes hommes qui combattent dans la résistance sudiste qui défendait Aden durant l’invasion houtie en 2015. Actuellement, ils travaillent pour les forces coalisées à l’un des points de contrôle à Crater, Aden. Les forces coalisées payent les salaires de tous les groupes armés qu’ils soient réguliers ou semi-réguliers à Aden. L’infrastructure liée à la sécurité fonctionne sous les auspices et la supervision des forces de coalition. © Amira Alsharif


Un des cours pratique pour les infirmières, dans un hôpital gouvernemental fondé par l’Ambassade hollandaise à Dammar. Ici les infirmières sont voilées en blanc, au Yémen personne ne souhaite se porter volontaire pour l’instruction médicale, elles utilisent donc un mannequin, 2008, Yémen. © Amira Alsharif
La photographe tient dans sa main une balle devant la résidence du gouverneur d’Aden, mars 2018, Aden. © Amira Alsharif
Autoportrait de la photographe avec un soldat appartenant à une milice soutenant la coalition dans les ruines d’un point de contrôle opérationnel, juin 2017, Aden. « J’ai pris un appareil photo et il a pris une arme à feu, pense-t-elle. Je suis du Nord et il est du Sud… Mais nous étions ici, assis l’un à côté de l’autre, parlant d’humain à humain. » © Amira Alsharif

Êtes-vous justement en relation avec des femmes photographes dans votre pays ? 

Bien sûr ! Je suis en relation avec de très nombreuses femmes car j’ai aussi enseigné la photographie et j’ai beaucoup d’étudiantes dispersées un peu partout dans le pays. 

Pour revenir à votre travail, pensez-vous qu’il permet de mettre en lumière la condition féminine ? 

Le type d’images que je réalise est bien différent de celui que l’on voit dans les médias actuellement, et tout particulièrement sur le rôle de la femme durant cette guerre. Elles sont généralement peu sous le feu des projecteurs, alors qu’elles travaillent extrêmement dur pour contribuer à la paix et résoudre les problèmes qui ont été créés par la guerre. 

Les amies de la photographe posent avec pour toile de fond, un paysage protégé, dans la région de Bora’a, gouvernorat d’Hodeidah, février 2018.
« Ce jour-là, la guerre semblait si loin » , dit-elle. © Amira Alsharif

Pouvez-vous m’expliquer quelle est votre façon de travailler lorsque vous traitez vos sujets ?

Je mène un travail documentaire. Pour ce type de projets, je dois quitter la capitale où j’habite et m’adapter à une vie dans un environnement totalement nouveau. Je dois partager le même toit que les gens que je photographie. Dormir chez eux, me lever avec eux, partager leurs repas et vraiment être impliquée dans leur quotidien jusqu’à ce qu’ils oublient ma présence. Ce que j’ai appris avec le temps, c’est que les gens finalement m’acceptent complètement dans leur environnement au bout de 9 jours. J’ai beaucoup d’échanges avec les gens que je photographie, je consacre bien plus de temps aux discussions qu’aux prises de vue ! La confiance doit d’abord être établie car je viens d’une société conservatrice, mon intention n’est bien évidemment pas de nuire aux femmes que je photographie. Je fais pas mal de deals avec elles. Lorsque je détermine le choix des images, elles en effacent certaines, plus tard elles peuvent aussi me demander de ne pas les publier. Il faut être flexible pour ne pas mettre en péril les projets que je mène. 

Je suppose que vous restez en contact avec tous les gens que vous avez pu rencontrer ? 

Exactement, je reste en contact avec toutes ces femmes que j’ai rencontrées, je deviens leur amie. La dernière femme que j’ai photographiée à Al-Hodeïda, après avoir documenté son histoire pendant quelques mois, je l’ai emmenée avec moi à la capitale avec ses jeunes enfants. En fait, la question n’est pas que ces femmes m’autorisent à les photographier, le fait est que ces femmes sont le cœur même du projet. Elles prennent ma défense pour que je puisse le poursuivre. Parce qu’avoir quelqu’un à ses côtés pendant un an, à la fin, ça devient assommant pour l’entourage. Cela suscite des questions. Qu’est-ce qu’elle fait collée à tes basques ? Est-ce que tu la connais ? Et généralement, elles ne me connaissent pas. Je leur suis terriblement reconnaissante car elles mettent la même énergie que moi pour que le projet puisse voir le jour. 

Lagon de Detwah, île de Socotra, Yémen le 8 mai 2014. Sadiya marche pendant une heure jusqu’à Bab Al Khor pour pêcher pour sa famille. © Amira Alsharif

Malgré la guerre et la pauvreté sur place, votre travail consiste à documenter la vie. Plus que la vie vous parlez de « la lumière » des gens que vous rencontrez. Pouvez-vous m’en dire plus ? 

La raison pour laquelle les gens tiennent le coup, c’est parce qu’ils ont chacun cette petite lumière dans leur cœur. Durant les moments difficiles, l’esprit communautaire et l’entraide sont très forts. La lumière vient du fait que nous les Yéménites nous apprécions l’amour et la vie, nous souhaitons simplement rester vivants. Je pense que c’est un sentiment très universel de vouloir être vivant. 

Amira, vous avez beaucoup voyagé à travers le monde, mais je sais que vous êtes très attachée à votre pays. Quelle est la prochaine étape après votre résidence à la Cité internationale des arts ? Quel est votre rêve ?

Mon rêve quand je rentrerai, c’est de réaliser un film. Je pratique la photo depuis 17 ans maintenant et j’ai beaucoup de chance, aujourd’hui à Paris, et je voudrais commencer à apprendre à filmer et, quand je serai de retour, passer à la réalisation.

Et qu’avez-vous en tête exactement ? 

Il s’agit toujours du même projet Yemeni Women with Fighting Spirit (Femmes yéménites à l’esprit combattant). Ce sont donc toutes les femmes qui étaient à mes côtés durant ces 17 dernières années, vous les verrez dans ce film.

Lagon de Detwah, île de Socotra, Yémen, 15 juin 2014. Toutes les deux semaines, Sadiya rassemble les ordures et les brûle. Elle fait cela pour protéger ses arbres et pour que le lagon de Detwah reste propre. © Amira AlSharif
Qara’a, île de Socotra, Yémen, 8 novembre 2014. Chaque week-end les enfants de Qara’a vont jouer à la plage dans une crique naturelle sur l’Océan Indien. © Amira AlSharif

Écoutez notre entretien avec Amira Alsharif dans notre podcast L’œil écoute n°4 sur soundcloud ou Apple Podcast !

En savoir plus sur le travail d’Amira Alsharif ici

Propos recueillis par Yannick Le Guillanton en février 2020

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux :

Partager sur facebook
partager
Partager sur twitter
Tweeter
Partager sur linkedin
informer
Partager sur email
Envoyer

Découvrez nos autres articles

Laisser un commentaire

Panier

0

Votre panier est vide.

Hit Enter to search or Esc key to close